00:00:00 / 00:00:00
L'Histoire / 75 ans de musique partagée
75 ans de musique partagée
Michel Stockhem, 2012 (revu janvier 2015)

S.M. la Reine Elisabeth à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth en 1959
Fermer
« Les concours, c’est pour les chevaux », disait Debussy. C’était il y a plus d’un siècle, mais le mot fait encore florès (surtout auprès des musiciens auxquels les concours n’ont pas réussi). La question est, il est vrai, complexe ; on peut l’aborder par divers versants. Il est permis, aussi, de la considérer simplement, en se plaçant sur le siège de l’amateur de musique à qui le Concours Reine Elisabeth apporte, depuis plus de 75 ans, une palette d'émotions extrêmement large. Passion, joies, tristesse, adhésions, contestation… communion avec la « grande » musique, dans un monde qui a beaucoup changé, et où cette « grande » musique occupe une place plus réduite dans le quotidien des médias, et donc des gens. Le Concours Reine Elisabeth est, pour beaucoup, une tranche de vie, une parenthèse enchantée, où la culture semble grignoter un peu de territoire sur les crises, les rationalisations, les épidémies, la pluie ou les conflits.

Le public, tout comme les participants et leur répertoire, sont des résistants à la généralisation : ce n’est pas un public, ce sont des milliers de spectateurs, des dizaines de milliers de téléspectateurs et d’auditeurs de la radio. Ce ne sont pas un ensemble de lauréats-chevaux de course, mais des jeunes gens, venus chacun avec son passé, son état présent, ses potentialités toujours fragiles et dépendant de facteurs infiniment divers. Enfin, ce n’est pas toujours le même concerto, mais un répertoire dans l'ensemble riche et varié, ouvert à son siècle comme à l'intimité de la sonate ou du lied.

Photo Eugène Ysaÿe (Liège 1858 - Bruxelles 1931)
Fermer
Bien sûr, ce ne fut pas « une mer calme et une heureuse traversée », à chaque session, à chaque jour. Un coup d'œil rétrospectif nous fait cependant repenser, quelle que soit notre génération, à des souvenirs profondément ancrés, et heureux :
Leonid Kogan, Leon Fleisher, Vladimir Ashkenazy, Jaime Laredo, Malcolm Frager, Elisabeth Leonskaya, Mitsuko Uchida, Brigitte Engerer, Pierre-Alain Volondat, Vadim Repin, Akiko Suwanai, Nikolaj Znaider, Marie-Nicole Lemieux, Baiba Skride, Severin von Eckardstein, Sergey Khachatryan, Anna Vinnitskaya, Ray Chen, Denis Kozhukhin, Andrey Baranov, Boris Giltburg, ...
Arrêtons-nous : la liste est longue, d’autant que les fibres nationales ou régionales - on n’entrera pas dans ce débat - se mettent à vibrer également au souvenir de Jean-Claude Vanden Eynden, Shadi Torbey, Werner Van Mechelen, Jan Michiels, Yossif Ivanov, Lorenzo Gatto, Thomas Blondelle ou Jodie Devos.


Retrouvez les moments forts de l'histoire du Concours dans une émission radio proposée par la RTBF :

- Episode 1
- Episode 2
- Episode 3
- Episode 4
- Episode 5
- Episode 6
- Episode 7
- Episode 8
- Episode 9
Galerie
    17 images Diaporama
    Français - Nederlands - English
    Chercher dans le site
    Newsletters
    Connexion
    Concerts des lauréats
    Les CD du Concours
    Multimédia Chant 2018
    Audios et vidéos du concours de chant 2018
    La Médiathèque
    Archives audio, vidéo et photo de 1951 à 2018