00:00:00 / 00:00:00
Les Personnalités / Les Orchestres et les Chefs
Les Orchestres et les Chefs
Téléchargez ici le palmarès complet du Concours Reine Elisabeth, de 1937 à 2019.
Personnalités
140 items | 14 Pages | Page
Voir la page de détail
Voir la page de détail
Chef d’orchestre inspirée et renommée sur la scène internationale, Marin Alsop croit passionnément que « la musique a le pouvoir de changer nos vies ». Elle est reconnue dans le monde entier pour son approche créative au niveau de la programmation et pour son profond engagement dans l’éducation des publics de tous les âges. Son succès en tant que directeur musical de l’Orchestre symphonique de Baltimore, depuis 2007, lui a permis de prolonger son mandat jusqu’en 2021. À côté de son engagement en tant que chef à Baltimore, elle a créé des initiatives audacieuses qui ont permis de toucher un nouveau et large public. En 2008, elle a par exemple lancé « OrchKids », un programme conçu pour proposer une éducation musicale, par la découverte des instruments, au jeune public le plus nécessiteux de la ville. En collaboration avec la BSO Academy et les Rusty Musicians, Marin Alsop encourage aussi des musiciens non professionnels à travailler avec des membres de l’orchestre, sous sa direction. En 2012, elle a été nommée chef principal de l’Orchestre symphonique de São Paulo, puis elle en est devenue le directeur musical, en juillet 2013. Avec cet orchestre, elle continue de développer une programmation artistique créative, des activités éducatives et de sensibilisation, ainsi que des projets d’enregistrements. En 2012, elle a conduit l’orchestre lors d’une tournée européenne, marquée par des prestations acclamées au BBC Proms de Londres et au Concertgebouw d’Amsterdam. En octobre 2013, une nouvelle tournée en Europe lui permet de diriger l’orchestre lors de concerts à Berlin, Londres, Paris, Salzbourg et Vienne. Depuis 1992, Marin Alsop est directeur musical du Festival de Musique contemporaine Cabrillo en Californie, où elle rassemble un public nombreux et fidèle à la nouvelle musique. Elle conserve des liens puissants avec tous les orchestres avec lesquels elle a travaillé par le passé. Ainsi, de 2002 à 2008, elle occupa le poste de chef principal de l’Orchestre symphonique de Bournemouth, avant d’en être nommée chef émérite. De même, après avoir été directeur musical de l’Orchestre symphonique du Colorado, de 1993 à 2005, elle en est à présent directeur musical « lauréate ». En tant que chef invité, elle a dirigé les plus grands orchestres du monde, comme ceux de Philadelphie, de Cleveland, les Philharmoniques de Los Angeles et de La Scala de Milan, le Koninklijk Concertgebouw, l’Orchestre de Paris, l’Orchestre symphonique de la Radio bavaroise. Elle a créé des liens étroits et réguliers avec le London Symphony et le London Philharmonic, ainsi qu’avec l’Orchestra of the Age of Englightenment. Elle est par ailleurs artiste en résidence du Southbank Centre de Londres. En septembre 2013, Marin Alsop a été la première femme de l’histoire à diriger la célèbre soirée des BBC Proms. Parmi les points forts de cette saison 2014-2015, soulignons une tournée européenne avec le London Philharmonic Orchestra et une interprétation du War Requiem de Britten lors de la journée de l’Armistice, à Southbank. Elle a reçu de nombreuses récompenses, et elle est la seule chef d’orchestre à avoir obtenu la prestigieuse bourse MacArthur, remise aux résidents américains en reconnaissance d’une exceptionnelle œuvre créative. Marin Alsop était la seule musicienne classique incluse dans le ‘Top 100 des femmes’ de The Guardian, qui célébrait le centenaire de la Journée internationale de la femme, en 2011. En octobre 2012, elle est présentée comme Honorary Membership (HonRAM) de la Royal Academy of Music de Londres, et, en 2014, elle est nommée Hononary Member de la Royal Philharmonic Society. Son abondante discographie chez Naxos inclut une série des symphonies de Brahms avec le London Philharmonic, Ein deutsches Requiem de Brahms avec le MDR Rundfunkchor de Leipzig, et une série particulièrement acclamée d’œuvres de Dvoøák avec le Symphonique de Baltimore. Son premier disque, dédié à un cycle symphonique Prokofiev, avec le Symphonique de São Paulo, a été présenté comme le choix orchestral du BBC Music Magazine. Parmi les autres récompenses accordées à des enregistrements, il faut mentionner la Messe de Bernstein (Gramophone Awards 2010) et le Concerto Percussion de Jennifer Higdon (Grammy Award 2010). Elle a aussi enregistré pour Decca Classics, Harmonia Mundi and Sony Classical. Née à New York, Marin Alsop a étudié à l’Université de Yale et obtenu son diplôme à la Juilliard School. Sa carrière a pris de l’ampleur lorsqu’elle remporte, en 1989, le Concours international de direction Leopold Stokowski, et se distingue, la même année, en étant la première femme à recevoir le Prix Koussevitzky du Centre Musical de Tanglewood, où elle devint la protégée de Leonard Bernstein.
Voir la page de détail
Né à Paris en 1975, Alain Altinoglu est le Directeur musical de la Monnaie depuis 2016. Il a étudié au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où il enseigne à présent la direction d’orchestre. En tant que chef invité, il dirige régulièrement des ensembles de premier plan, tels que le Boston Symphony, le Chicago Symphony, le Philadelphia Orchestra, le Cleveland Orchestra, le City of Birmingham Symphony Orchestra, le London Symphony Orchestra, le Philharmonia Orchestra, la Staatskapelle de Berlin, le Rundfunk-Sinfonieorchester de Berlin, le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, et les principaux orchestres parisiens. Parmi les moments forts de sa saison, on peut citer ses débuts avec le Berliner Philharmoniker qu’il a dirigé dans son propre arrangement d’une suite de Pelléas et Mélisande de Debussy. Il s’est également produit au Mozart Festival de Salzbourg avec le Wiener Philharmoniker et au Royal Festival Hall de Londres avec le London Philharmonic Orchestra. Toujours cette saison, il fait ses débuts avec le WDR Sinfonieorchester de Cologne, l’Oslo Philharmonic et le Deutsches Symphonie-Orchester de Berlin avec Leif Ove Andsnes. Cette année, il a également dirigé Le Dialogue des Carmélites de Poulenc et Lohengrin de Wagner, tous les deux mis en scène par Olivier Py, ainsi que Le Mandarin merveilleux et Le Château de Barbe-Bleue de Bartók dans une double production de Christophe Coppens. Régulièrement invité par les maisons d’opéra les plus prestigieuses, Alain Altinoglu s’est notamment distingué au Metropolitan Opera de New-York, au Royal Opera House de Covent Garden (Londres), au Teatro Colón de Buenos Aires, au Wiener Staatsoper, à l’Opernhaus de Zürich, au Deutsche Oper de Berlin, au Staatsoper Unter den Linden, au Bayerische Staatsoper de Munich et dans les trois maisons d’opéra de Paris. Il s’est également produit lors des festivals de Bayreuth, Salzbourg, Orange et Aix-en-Provence. Parallèlement à sa carrière de chef d’orchestre, Altinoglu conserve une forte affinité avec le répertoire du lied. Il accompagne régulièrement la mezzo-soprano Nora Gubisch : leur plus récent enregistrement est paru sous le label Naïve et comprend des chansons populaires de Falla, Obradors, Granados, Berio et Brahms. D’autres disques du même duo présentent les œuvres de Ravel (toujours chez Naïve) et Duparc (Cascavelle). À la direction, il a également enregistré des airs avec Piotr Beczala pour le Deutsche Grammophon, Fiesque de Lalo avec l’Orchestre National de Montpellier et Roberto Alagna et les Concertos pour piano de Liszt avec le Rundfunk-Sinfonieorchester de Berlin et Nareh Arghamanyan. Des enregistrements DVD complètent son abondante discographie, notamment Jeanne d’Arc au bûcher de Honegger en 2007 et Der fliegende Holländer de Wagner en 2015.
Voir la page de détail
Voir la page de détail
Le chef d’orchestre bruxellois Franz André (1893-1975) a effectué ses études musicales au Conservatoire de Bruxelles. Premier prix de violon en 1912, il se passionne rapidement pour la direction d’orchestre. Lors de la création de Radio-Belgique en 1923, il est nommé second chef d’orchestre de l’Orchestre de la Radio, tandis qu’en 1930, il dirige un des trois orchestres de l’Institut National Belge de Radiodiffusion (I.N.R. - N.I.R.), nouvellement créé. En 1935, il met sur pied le Grand Orchestre Symphonique de l’I.N.R. - N.I.R., dont il fait l’une des formations les plus réputées d’Europe, en dirigeant de nombreuses créations. De 1951 à 1964, Franz André est le chef d’orchestre attitré du Concours Reine Elisabeth.
Voir la page de détail
L'Antwerp Symphony Orchestra est l'orchestre symphonique de Flandre, basé dans la nouvelle Salle Reine Élisabeth à Anvers. Sous la direction de sa cheffe principale Elim Chan (à partir de la saison 2019-2020) et du célèbre Philippe Herreweghe, l'orchestre a pour vocation d'émouvoir et d'inspirer un public le plus large possible avec des concerts du plus haut niveau. Par le biais de séries de concerts propres organisés dans de grandes salles, l’Antwerp Symphony Orchestra a acquis une place unique dans l’univers musical de la Flandre. L’orchestre a par ailleurs été invitée à l’étranger, dans des maisons prestigieuses comme le Musikverein et le Konzerthaus, à Vienne, le Festspielhaus de Salzbourg, le Concertgebouw à Amsterdam, le Suntory Hall et le Bunka Kaikan Hall à Tokyo, la Philharmonie de Cologne et de Munich, le Alte Oper de Francfort, le Palais des Arts de Budapest et le Grand Théâtre National de Chine à Pékin. L’Antwerp Symphony Orchestra est partenaire attitré du Concours Reine Élisabeth depuis de nombreuses années. L’orchestre accompagne non seulement les concerts des lauréats, mais il invite aussi régulièrement des solistes ayant participé au concours. Si les tournées de concert à travers l’Europe et l’Asie sont une constante à son agenda, l’orchestre se fait aussi entendre à l’échelle locale, loin des grandes scènes nationales et étrangères. Outre les concerts réguliers, l’orchestre attache beaucoup d’importance au développement de projets éducatifs et sociaux, offrant l’opportunité aux enfants, aux jeunes et à des personnes de divers contextes sociaux d’apprendre à connaître de près l’orchestre symphonique. L’Antwerp Symphony Orchestra réalise non seulement des enregistrements pour des labels classiques de renom mais aussi des enregistrements sous son propre label, où il met en lumière le grand répertoire, la musique belge et la musique classique contemporaine. #thesoundofantwerp
Voir la page de détail
Christian Arming est le Directeur musical de l’OPRL depuis le 1er septembre 2011. Né en 1971 à Vienne, Christian Arming a grandi à Hambourg. Disciple de Leopold Hager, il collabore étroitement, de 1992 à 1998, avec Seiji Ozawa et dirige l’Orchestre Symphonique de Boston à Tanglewood et le New Japan Philharmonic à Tokyo. Dans sa ville natale, Christian Arming avoue sa chance d’avoir pu entendre chaque semaine des orchestres à la sonorité typiquement viennoise, mondialement réputés dans le grand répertoire germanique (R. Strauss, Bruckner, Mahler…), mais aussi découvrir les apports de Nikolaus Harnoncourt dans l’interprétation de la musique plus ancienne. À Liège, il met l’accent sur le répertoire d’Europe centrale, profite de la tradition que cultive l’OPRL dans le domaine de la musique contemporaine, transmet sa connaissance de la musique slave, et tchèque en particulier, et enrichit le répertoire français cher à l’Orchestre. En 1995, à 24 ans, Christian Arming est le plus jeune chef nommé à la tête de l’Orchestre Philharmonique Janáček d’Ostrava (1995-2002). Il est ensuite Directeur musical de l’Orchestre Symphonique de Lucerne (2001-2004) et, de 2003 à 2013, du New Japan Philharmonic (Tokyo), où il succède à Seiji Ozawa. Christian Arming a dirigé plus de 50 orchestres dans le monde entier : Berlin, Vienne, Francfort, Leipzig, Stuttgart, Strasbourg, Munich, Rome, Genève, Boston, Cincinnati, Houston… Il est très demandé à l’opéra : Salzbourg, Cincinnati (The Turn of de screw de Britten), Trieste (Le Chevalier à la rose de R. Strauss), Lucerne (La Bohème), Vérone (Salomé, Elektra), Strasbourg (Le Prince Igor), Francfort (Le Vaisseau fantôme, Don Giovanni, Jenůfa), Tokyo (Leonore, Jeanne d’Arc, Lohengrin, L’Affaire Makropoulos, La Chauve-souris, Une tragédie florentine). En une quinzaine d’années, il a enregistré des oeuvres de Brahms, Beethoven, Mahler, Janáček et Schmidt (notamment avec le New Japan Philharmonic), chez Fontec et Arte Nova/BMG, Escaich avec l’Orchestre National de Lyon (Universal/Accord), et avec l’OPRL, Franck (Fuga Libera), Saint- Saëns (3 CD ; Zig-Zag Territoires/Outhere), Gouvy (Palazzetto Bru Zane), Wagner (Naïve, 2015) et Jongen (Musique en Wallonie, 2017).
Voir la page de détail
Voir la page de détail
Pierre Bartholomée est né à Bruxelles en 1937. Il a commencé l’étude du piano à six ans et a étudié au Conservatoire Royal de Bruxelles. Disciple d’André Dumortier, il a suivi, en Italie, un cours d’interprétation donné par Wilhelm Kempff. Avec Henri Pousseur, il a fondé l’ensemble Musique Nouvelle et le Centre de Recherche et de Création musicales de Wallonie. Après avoir entrepris une carrière de pianiste (concerts en Belgique, en France, en Allemagne, en Suisse et en Espagne), il a conduit l’ensemble Musique Nouvelle un peu partout en Europe. Pierre Bartholomée a enseigné l’analyse musicale au Conservatoire Royal de Bruxelles. Il a été compositeur en résidence et professeur à l’Université Catholique de Louvain. Il a consacré trente années de sa carrière à la direction d’orchestre, dirigeant de nombreuses phalanges européennes et américaines, et assumant pendant vingt-deux saisons la direction de l’Orchestre Philharmonique de Liège. Invité à interpréter un répertoire très étendu (de Purcell à Boulez, de Bach à Messiaen, de Haydn à Pousseur), il a accompagné de grands solistes et réalisé de nombreux enregistrements. Ses enregistrements ont obtenu un Prix Charles Cros, une Victoire de la Musique, un Prix Koussevitzky et deux Prix Cecilia. Son catalogue personnel comprend, notamment, deux opéras, deux oratorios, sept œuvres pour grand orchestre, de la musique de chambre, de la musique vocale, des pièces instrumentales et de la musique électronique. Sa première œuvre pour grand orchestre, Harmonique, a été créée à Bruxelles, en 1970, par l’Orchestre National de Belgique sous la direction de Michaël Gielen qui l’a, ensuite reprise à Hambourg et enregistrée à Francfort. L’Ensemble Intercontemporain a donné, à Paris, la première audition de Fancy as a Ground qui a également figuré au programme du Holland Festival à Amsterdam et qui a été enregistrée par l’ensemble Musique Nouvelle sous la direction de Georges-Elie Octors. Trois Pôles entrelacés, œuvre commandée pour l’année de la Musique, a été créé à Bruxelles par Francette Bartholomée et l’ensemble Musique Nouvelle, toujours sous la direction de Georges-Elie Octors. Les mêmes interprètes ont réalisé un enregistrement discographique de cette œuvre. L’oratorio Ludus Sapientiae, composé sur un livret de François Jongen pour le 575ème anniversaire de la fondation de l’Université de Louvain, a été créé, en 2001, sous la direction de Jordi Savall et repris à Bruxelles, en juin 2007 sous la direction de Jean Tubéry. Deux œuvres inspirées par Henry Bauchau ont été commandées par le théâtre de la Monnaie : Le rêve de Diotime, scène dramatique pour soprano et grand ensemble, créée en 2000, et Œdipe sur la route opéra en quatre actes, créé en mars 2003, sous la direction de Daniele Callegari dans une mise en scène de Philippe Sireuil, avec José Van Dam dans le rôle-titre. La Monnaie a également créé le deuxième opéra, La Lumière Antigone, livret original d’Henry Bauchau, sous la direction musicale de Koen Kessels, mise en scène de Philippe Sireuil, avec Mireille Delunsch et Natascha Petrinsky. Le cycle de mélodies Fragments des Belles Heures, pour soprano et petit ensemble, sur des textes de Liliane Wouters, a été donné en première audition, à Bruxelles, à l’initiative de l’Université de Louvain. Cette œuvre a figuré au programme d’un concert monographique au Conservatoire de Sichuan (Chine). Les 13 Bagatelles pour piano et le premier Quatuor à cordes ont été créés à Bruxelles en 2004. Ce Quatuor à cordes a, ensuite, figuré au programme de plusieurs concerts du Quatuor Danel en Allemagne. La Sonate pour alto et piano fut jouée à plusieurs reprises en 2004, Pentacle pour huit instruments, commande du Nouvel Ensemble Contemporain de la Chaux-de-Fonds, a été créé en Suisse et All days are nights (deux visions du Sonnet XLII de Shakespeare), pour voix de femme, flûte, violoncelle et piano, a été intégré à un spectacle musique-poésie et publié dans un livre-disque. 2006 a vu la création à Liège d’une Passacaille pour marimba et live electronics, commande du Centre de Recherches et de Formation Musicales de Wallonie et sa reprise à Bruxelles, au festival Ars Musica, et à Leuven, dans la série « De nieuwe reeks ». Commande du festival Ars Musica, 7 x 7 pour 7 instrumentistes concertants a été créé en mars 2007, et Requiem, commande de l’ensemble Laudantes, en novembre de la même année. Egalement composé en 2007, Oraisons pour violoncelle, a été créé à Paris, par Ophélie Gaillard. Commande de la ville de Maastricht, La Rupture des Falaises a eu sa première audition en 2008 par l’Ensemble 88. Lors de son édition 2009, Ars Musica a donné la création de Face à face pour alto. En 2010, l’Orchestre Philharmonique de Liège a créé la Symphonie commandée pour le 50e anniversaire de sa fondation. Plusieurs créations ont eu lieu en 2011 : celles du 2e Quatuor à cordes (Envol et mort d’un papillon), d’une grand pièce chorale, Le Christ aux Oliviers sur un poème de Gérard de Nerval, et d’un Livre d’orgue, et d’une musique commandée par l’Orchestre National de Belgique pour accompagner un film muet de Joris Ivens. Une production de la nouvelle version de La Lumière Antigone est prévue en Suisse en 2012. Les labels Cypres, Igloo et Fuga Libera ont publié des enregistrements d’un grand nombre d’œuvres de Pierre Bartholomée. Plusieurs de ces disques ont obtenus des récompenses de la presse musicale internationale (Choc du Le Monde de la Musique, Joker de Crescendo, etc.). Le label Aparté a publié un nouveau disque monographique en 2011. Pierre Bartholomée est membre de la classe des Arts de l’Académie Royale de Belgique. Il a présidé à plusieurs reprises le jury du concours international de direction d’orchestre Antonio Pedrotti à Trento (Italie) et participé aux travaux des jurys du Concours Reine Elisabeth, du Concours Gaudeamus (Hilversum), du concours de composition Reine Marie-José (Genève), du concours de composition du Festival international de Besançon, du concours international de piano de Genève et du concours international de saxophone de Dinant. Ses œuvres sont éditées par Universal (Vienne), Salabert et Jobert (Paris), le Cebedem (Bruxelles) et Quindicesima (Lille). Les éditions Mardaga et le Conseil de la Musique de la Communauté française lui ont consacré un ouvrage sous la direction de Robert Wangermée : Pierre Bartholomée - parcours d’un musicien.
Voir la page de détail
140 items | 14 Pages | Page
Français - Nederlands - English
Chercher dans le site
Newsletters
Connexion
Audio & vidéo Violon 2019
Reécoutez ou regardez les prestations des candidats et demi-finalistes
Les CD du Concours
La Médiathèque
Archives audio, vidéo et photo de 1951 à 2019