00:00:00 / 00:00:00
Les Concours / VIOLONCELLE 2017 / Orchestres et Chefs
Orchestres et Chefs
Orchestre
Il y a 61 ans, en 1958, Lola Bobesco crée “Les Solistes de Bruxelles”, renommés “Ensemble d’archets Eugène Ysaÿe” et actuellement Orchestre Royal de Chambre de Wallonie (ORCW). Sur les plus grandes scènes internationales, l’orchestre a régulièrement collaboré avec les plus grands artistes : José Van Dam, Mstislav Rostropovitch, Aldo Ciccolini, Mischa Maïski, Maurice André, Arthur Grumiaux, Philippe Hirschhorn, Georges Octors, Jean-Pierre Wallez, Gidon Kremer, Louis Lortie, Jian Wang, Ivry Gitlis, Antoine Tamestit, Henri Demarquette, Richard Galliano, the Modigliani Quartet, Jean- Philippe Collard, Gérard Caussé, Renaud et Gautier Capuçon, Augustin Dumay, Maria João Pires ; à Paris, Pékin, Abu Dhabi, Amsterdam, Rotterdam, Bucarest, Bayreuth, Munich, Luxembourg, Zurich, Genève, Saint-Pétersbourg, Bruxelles, etc. De 2003 à 2013, l’orchestre a bénéficié du dynamisme et de la renommée de son Directeur Musical, Augustin Dumay. En 2014, Frank Braley lui a succédé avec un bel enthousiasme. L’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie se produit régulièrement en Belgique sous la direction de son violon conducteur, Jean-François Chamberlan. L’orchestre est partenaire du Concours Reine Elisabeth, et un complice régulier de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, de Bozar, de Flagey, et de nombreux festivals belges. À Mons, sa ville de résidence, en partenariat avec Mars (Mons Arts de la Scène) et avec le soutien de la Ville de Mons, l’ORCW propose un répertoire diversifié et original. Frank Braley y propose une saison avec les plus grands artistes internationaux : Michel Portal, Paul Meyer, Eliane Reyes, Ronald Van Spaendonck, Augustin Dumay, Gérard Caussé, Steve Houben, Aurélien Pascal, Les Violons du Roy, Sylvain Cremers, Jean-Pierre Wallez, Richard Galliano, Jean- Paul Dessy, l’Orchestre Philharmonique de Liège, Renaud Capuçon, le Quatuor Modigliani, Jean-Philippe Collard, Anne Quéffelec, Miguel da Silva, Sergio Alapont, Barnabás Kelemen, Mathieu Herzog, Vahan Mardirossian, Henri Demarquette.
Voir la page de détail
Chef d'orchestre
Brillant et atypique, Frank Braley n’a pas suivi le cursus qui s’impose d’habitude aux artistes de sa trempe. Il jure même ses grands dieux n’avoir jamais souhaité devenir pianiste - un dilettante, en somme, mais un dilettante de génie doublé d’un dilettante forcené, qui donne plus de quatre vingt concerts par an. Ce n’est qu’après avoir hésité entre sciences et musique que ce jeune homme bien dans ses baskets finit par abandonner l’université à sa majorité pour rejoindre le cercle des élus au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Malgré tous ses efforts pour être dernier de la classe, cette forte tête en sortira surdiplômée, pour être aussitôt propulsée sur la scène internationale après avoir raflé en 1991 le Premier Prix du Concours Reine Elisabeth. Invité des plus grandes phalanges orchestrales, assailli de comparaisons flatteuses avec les grands du piano, Frank Braley n’a pas laissé la gloire lui monter à la tête. Cet artiste à l’intelligence vive, à la répartie foudroyante et aux idées musicales bien arrêtées n’a rien perdu de son rapport spontané et décontracté au piano, fait d’humour et de poésie, de pudeur, de grâce et d’inaltérable sincérité. Car Frank Braley joue par plaisir, que ce soit pour le grand frisson des récitals ou pour la joie partagée de la musique de chambre entre amis, aux côtés d’Augustin Dumay, Paul Meyer, Eric Le Sage, Emmanuel Pahud ou des frères Capuçon.
Voir la page de détail
Orchestre
Musiciens de l'orchestre pour la finale de violoncelle 2017 (pdf) Fondé en 1935 sous l’égide de l’Institut national de radiodiffusion (INR/NIR), le Brussels Philharmonic a collaboré tout au long de son existence avec de grands chefs et des solistes d’envergure internationale. L’orchestre s’est taillé une réputation enviée dans la création de nouvelles oeuvres en collaborant avec des compositeurs de renommée mondiale comme Bartók, Stravinsky, Messiaen et Francesconi. Son port d’attache historique est Flagey, où il répète et donne des concerts dans le Studio 4, qui se distingue par l’une des meilleures acoustiques au monde. Le directeur musical Stéphane Denève, nommé en 2015, inclut dans sa programmation des oeuvres du XXIe siècle et de grands classiques, afin de faire dialoguer les répertoires d’hier et de demain. La nouvelle plateforme lancée avec le Brussels Philharmonic jouera un rôle important à cet égard : le CffOR (Centre for Future Orchestral Repertoire) a pour mission de rassembler des informations essentielles à propos d’oeuvres symphoniques créées depuis 2000 et d’ouvrir ainsi un large débat mondial sur les oeuvres qui résisteront à l’épreuve du temps. Le Brussels Philharmonic a également su se faire une place sur la scène internationale et joue régulièrement dans les grandes capitales européennes (dont Paris, Londres, Berlin, Vienne et Salzbourg). La représentation internationale assurée par IMG Touring se traduira par encore plus de tournées et de concerts, entre autres au Japon. Le Brussels Philharmonic se positionne également sur la scène internationale grâce à sa spécialisation en musique de film. En partenariat avec Galaxy Studios et le Festival du Film de Gand, il enregistre et interprète des bandes originales pour le cinéma. La musique composée pour ‘The Artist’ (par Ludovic Bource), récompensée d’un Oscar, a entre autres contribué à la reconnaissance internationale. Parallèlement à des initiatives novatrices telles qu’une spin-off autour de la musique de film, la création d’une fondation pour financer l’achat d’instruments à cordes (avec Puilaetco Dewaay Private Bankers), et le Tax Shelter, l’orchestre s’inscrit résolument dans une démarche d’innovation à tous les niveaux. Avec la complicité de divers partenaires, le Brussels Philharmonic travaille à des séries de CD aux thématiques fort variées, saluées par la presse internationale : la musique romantique française avec le Palazzetto Bru Zane et le chef d’orchestre Hervé Niquet, les grands compositeurs de musique de film avec le Festival du Film de Gand. L’orchestre présente aussi sous son propre label, Brussels Philharmonic Recordings, des enregistrements de référence du grand répertoire symphonique. Deutsche Grammophon a sorti un enregistrement dédié à la musique de Guillaume Connesson (21e siècle) sous la baguette de Stéphane Denève, primé entre autres avec le CHOC Classica de l’année 2016 et le Diapason d’Or de l’année 2016. Le Brussels Philharmonic est une institution de la Communauté flamande.
Voir la page de détail
Chef d'orchestre
Stéphane Denève est le directeur musical du Brussels Philharmonic. En étroite collaboration avec celui-ci, il lance le CffOR (Centre for Future Orchestral Repertoire) : une base de données, disponible en ligne, consacrée aux compositions pour orchestre du 21e siècle susceptibles d’accéder au ‘statut de répertoire’. Parallèlement, Stéphane Denève est chef principal invité de l’Orchestre de Philadelphie. Il a en outre été directeur musical de l’Orchestre national royal d’Écosse (RSNO) de 2005 à 2012 et directeur musical de l’Orchestre symphonique de la radio de Stuttgart (SWR) de 2011 à 2016. Parfaitement à l’aise dans un très vaste répertoire, Stéphane Denève entretient une affinité particulière avec le répertoire français, et soutient activement la musique du 21e siècle. Après des études de direction d’orchestre au Conservatoire de Paris, Stéphane Denève entame sa carrière comme assistant de Sir Georg Solti, Seiji Ozawa et Georges Prêtre à l’Orchestre de Paris et à l’Opéra National de Paris. Passionné par la voix, il devient chef permanent du Deutsche Oper am Rhein de 1997 à 2001, et dirige aussi de nombreuses productions à l’Opéra National de Paris, au Royal Opera House Covent Garden de Londres, à la Scala de Milan, au Festival de Glyndebourne, au Festival Saito Kinen, au Liceu de Barcelone, au Nationale Opera d’Amsterdam. Sa carrière symphonique prend également son essor et, pour ne citer que quelques engagements récents en Europe, il est invité à diriger l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam, l’Orchestre National de France, l’Orchestre de la Radio bavaroise, le Philharmonia de Londres, le London Symphony Orchestra, l’Orchestre philharmonique de Munich, l’Orchestre philharmonique de Rotterdam, l’Orchestre symphonique de Vienne, l’Orchestre symphonique dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia de Rome, l’Orchestre de la Radio Suédoise. En Amérique du Nord, il collabore régulièrement avec les Orchestres symphoniques de Philadelphie, Boston, Chicago, Los Angeles, San Francisco, Cleveland, Saint-Louis, Toronto et vient de faire ses débuts avec l’Orchestre philharmonique de New York. En Asie, il dirige l’Orchestre de la NHK à Tokyo, l’Orchestre philharmonique de Séoul, l’Orchestre philharmonique de Chine ou encore l’Orchestre philharmonique de Malaisie. Stéphane Denève entretient une relation privilégiée avec de nombreux grands solistes, tels Jean-Yves Thibaudet, Leif Ove Andsnes, Yo-Yo Ma, Lang Lang, Leonidas Kavakos, Nikolaj Znaider, Frank-Peter Zimmermann, Gil Shaham, James Ehnes, Emanuel Ax, Lars Vogt, Nikolaï Lugansky, Paul Lewis, Joshua Bell, Hilary Hahn, Renaud et Gautier Capuçon. Enfin, il a obtenu trois fois le prestigieux Diapason d’or de l’année, en 2007, 2012 et 2016 pour des enregistrements consacrés à Roussel, Debussy et Connesson. Nommé en 2012 dans la liste des Gramophone’s artist of the year, il a été primé au 2013 International Classical Music Award. Finalement, le regard toujours tourné vers l’avenir, Stéphane Denève travaille régulièrement avec de jeunes musiciens, notamment au New World Symphony de Miami et au Tanglewood Music Center du Boston Symphony.
Voir la page de détail
Français - Nederlands - English
Chercher dans le site
Newsletters
Connexion
Audio & vidéo Violon 2019
Reécoutez ou regardez les prestations des candidats et demi-finalistes
Les CD du Concours
La Médiathèque
Archives audio, vidéo et photo de 1951 à 2019