00:00:00 / 00:00:00
Les Concours / CHANT 2018 / Orchestres et Chefs
Orchestres et Chefs
Orchestre
En 1772, le compositeur et chef d’orchestre autrichien Ignace Vitzthumb  fonde  officiellement l'Orchestre de la Monnaie. Cette formation, étroitement liée aux productions du Théâtre de La Monnaie, va se développer au cours du temps  en travaillant avec les plus grands compositeurs comme Wagner, Rimsky Korsakov, Leoncavallo, d’Indy, Messager, Berg. Elle crée plusieurs chefs d'œuvre lyriques: Hérodiade de Massenet, Gwendolyne de Chabrier, Le Roi Arthus de Chausson ou Le Joueur de Prokofiev. Au XXe siècle, l’orchestre travaille régulièrement sous la direction de chefs d’orchestre de renom international: Pierre Monteux, André Cluytens, Josef Krips, Richard Kraus, Giuseppe Patane, Hermann Scherchen, Wolfgang  Sawallisch et, plus récemment, avec Sir John Pritchard, Christoph von Dohnányi, Kent Nagano ainsi que Marcello Viotti. Profondément renouvelé en 1981 sous le mandat de Gerard Mortier, l’Orchestre Symphonique de la Monnaie est placé sous la direction musicale de Sylvain Cambreling (1981-1991). Lui succèdent Sir Antonio Pappano (1992-2002) et Kazushi Ono (2002-2008). Œuvrant aussi bien dans le répertoire lyrique que symphonique, l'orchestre se produit principalement à Bruxelles au Théâtre de la Monnaie, à la salle Henry Le Boeuf de Bozar ou à la salle Flagey, ainsi qu’en tournée en Europe, aux États-Unis et au Japon.  La musique contemporaine tient une place de choix dans son répertoire et l’orchestre collabore avec des compositeurs comme Frank Martin, Bruno Maderna, Philippe Boesmans, Pascal Dusapin, Salvatore Sciarrino, Wolfgang Rhim, Benoît Mernier. Ce dynamisme et cet éclectisme contribuent pleinement à l'identité artistique de La Monnaie. Ils sont d'autant plus sensibles que les nombreuses retransmissions sur les chaînes télévisées et radiophoniques et la diffusion en streaming sur internet des productions d'opéra augmentent considérablement la présence de l'orchestre pour les mélomanes du monde entier. Témoin de ce rayonnement: une ample discographie qui, au fil des années, n'a cessé de s'enrichir. Depuis janvier 2016, Alain Altinoglu est le directeur musical de l’Orchestre Symphonique de la Monnaie. 
Voir la page de détail
Chef d'orchestre
Né à Paris en 1975, Alain Altinoglu est le Directeur musical de la Monnaie depuis 2016. Il a étudié au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, où il enseigne à présent la direction d’orchestre. En tant que chef invité, il dirige régulièrement des ensembles de premier plan, tels que le Boston Symphony, le Chicago Symphony, le Philadelphia Orchestra, le Cleveland Orchestra, le City of Birmingham Symphony Orchestra, le London Symphony Orchestra, le Philharmonia Orchestra, la Staatskapelle de Berlin, le Rundfunk-Sinfonieorchester de Berlin, le Symphonieorchester des Bayerischen Rundfunks, et les principaux orchestres parisiens. Parmi les moments forts de sa saison, on peut citer ses débuts avec le Berliner Philharmoniker qu’il a dirigé dans son propre arrangement d’une suite de Pelléas et Mélisande de Debussy. Il s’est également produit au Mozart Festival de Salzbourg avec le Wiener Philharmoniker et au Royal Festival Hall de Londres avec le London Philharmonic Orchestra. Toujours cette saison, il fait ses débuts avec le WDR Sinfonieorchester de Cologne, l’Oslo Philharmonic et le Deutsches Symphonie-Orchester de Berlin avec Leif Ove Andsnes. Cette année, il a également dirigé Le Dialogue des Carmélites de Poulenc et Lohengrin de Wagner, tous les deux mis en scène par Olivier Py, ainsi que Le Mandarin merveilleux et Le Château de Barbe-Bleue de Bartók dans une double production de Christophe Coppens. Régulièrement invité par les maisons d’opéra les plus prestigieuses, Alain Altinoglu s’est notamment distingué au Metropolitan Opera de New-York, au Royal Opera House de Covent Garden (Londres), au Teatro Colón de Buenos Aires, au Wiener Staatsoper, à l’Opernhaus de Zürich, au Deutsche Oper de Berlin, au Staatsoper Unter den Linden, au Bayerische Staatsoper de Munich et dans les trois maisons d’opéra de Paris. Il s’est également produit lors des festivals de Bayreuth, Salzbourg, Orange et Aix-en-Provence. Parallèlement à sa carrière de chef d’orchestre, Altinoglu conserve une forte affinité avec le répertoire du lied. Il accompagne régulièrement la mezzo-soprano Nora Gubisch : leur plus récent enregistrement est paru sous le label Naïve et comprend des chansons populaires de Falla, Obradors, Granados, Berio et Brahms. D’autres disques du même duo présentent les œuvres de Ravel (toujours chez Naïve) et Duparc (Cascavelle). À la direction, il a également enregistré des airs avec Piotr Beczala pour le Deutsche Grammophon, Fiesque de Lalo avec l’Orchestre National de Montpellier et Roberto Alagna et les Concertos pour piano de Liszt avec le Rundfunk-Sinfonieorchester de Berlin et Nareh Arghamanyan. Des enregistrements DVD complètent son abondante discographie, notamment Jeanne d’Arc au bûcher de Honegger en 2007 et Der fliegende Holländer de Wagner en 2015.
Voir la page de détail
Français - Nederlands - English
Chercher dans le site
Newsletters
Connexion
Audio & vidéo Violon 2019
Reécoutez ou regardez les prestations des candidats et demi-finalistes
Les CD du Concours
La Médiathèque
Archives audio, vidéo et photo de 1951 à 2019