00:00:00 / 00:00:00
Les Concours / VIOLON 2019 / Orchestres et Chefs
Orchestres et Chefs
Orchestre
Il y a 61 ans, en 1958, Lola Bobesco crée “Les Solistes de Bruxelles”, renommés “Ensemble d’archets Eugène Ysaÿe” et actuellement Orchestre Royal de Chambre de Wallonie (ORCW). Sur les plus grandes scènes internationales, l’orchestre a régulièrement collaboré avec les plus grands artistes : José Van Dam, Mstislav Rostropovitch, Aldo Ciccolini, Mischa Maïski, Maurice André, Arthur Grumiaux, Philippe Hirschhorn, Georges Octors, Jean-Pierre Wallez, Gidon Kremer, Louis Lortie, Jian Wang, Ivry Gitlis, Antoine Tamestit, Henri Demarquette, Richard Galliano, the Modigliani Quartet, Jean- Philippe Collard, Gérard Caussé, Renaud et Gautier Capuçon, Augustin Dumay, Maria João Pires ; à Paris, Pékin, Abu Dhabi, Amsterdam, Rotterdam, Bucarest, Bayreuth, Munich, Luxembourg, Zurich, Genève, Saint-Pétersbourg, Bruxelles, etc. De 2003 à 2013, l’orchestre a bénéficié du dynamisme et de la renommée de son Directeur Musical, Augustin Dumay. En 2014, Frank Braley lui a succédé avec un bel enthousiasme. L’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie se produit régulièrement en Belgique sous la direction de son violon conducteur, Jean-François Chamberlan. L’orchestre est partenaire du Concours Reine Elisabeth, et un complice régulier de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, de Bozar, de Flagey, et de nombreux festivals belges. À Mons, sa ville de résidence, en partenariat avec Mars (Mons Arts de la Scène) et avec le soutien de la Ville de Mons, l’ORCW propose un répertoire diversifié et original. Frank Braley y propose une saison avec les plus grands artistes internationaux : Michel Portal, Paul Meyer, Eliane Reyes, Ronald Van Spaendonck, Augustin Dumay, Gérard Caussé, Steve Houben, Aurélien Pascal, Les Violons du Roy, Sylvain Cremers, Jean-Pierre Wallez, Richard Galliano, Jean- Paul Dessy, l’Orchestre Philharmonique de Liège, Renaud Capuçon, le Quatuor Modigliani, Jean-Philippe Collard, Anne Quéffelec, Miguel da Silva, Sergio Alapont, Barnabás Kelemen, Mathieu Herzog, Vahan Mardirossian, Henri Demarquette.
Voir la page de détail
Chef d'orchestre
D’origine russe, Jean-Jacques Kantorow est né à Cannes où il commence à étudier le violon. A l’âge de 13 ans, il entre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, dans la classe de René Benedetti, où, un an plus tard, il obtient le Premier Prix de violon. Entre 1962 et 1968, il remporte une dizaine de prix internationaux dont le Premier Prix Carl Flesh à Londres, le Premier Prix Paganini à Gênes, le Premier Prix du Concours International de Genève et obtient une bourse de la Fondation Sacha Schneider en 1970. Avec le pianiste Jacques Rouvier et le violoncelliste Philippe Muller, Jean-Jacques Kantorow forme un trio avec lequel il remporte le Premier Grand Prix du Concours de Musique de Chambre de Colmar en 1970. Sa carrière de concertiste l’a amené dès le début à se produire sur les plus grandes scènes internationales : aux Etats-Unis, au Canada, dans les pays de l’Est, en Inde, au Japon, en Afrique… donnant plus de 100 concerts par an. Désireux de rompre avec l’isolement du soliste et par le biais de la musique de chambre, il évolue naturellement vers la direction d’orchestre. Il dirige alors diverses formations étrangères, dont le Tapiola Sinfonietta dont il fut le Directeur Musical de 1993 à 2013. Jean-Jacques Kantorow donne également de nombreuses masterclasses dans le monde entier. Pendant dix ans, il a aussi été le Directeur Musical de l’Orchestre d’Auvergne et, en 1994, il est nommé à la tête de l’Ensemble Orchestral de Paris. Jean-Jacques Kantorow poursuit parallèlement une carrière de soliste et de chambriste, trouvant ainsi l’équilibre dans la pluralité de ses activités musicales. Jean-Jacques Kantorow enregistre en tant que soliste et en tant que chef pour des maisons de disques importantes, notamment pour Denon, Emi, Erato, CBS, Bis etc… Nombre de ses disques ont été primés par des récompenses internationales. Son enregistrement « Sonates Françaises » est sorti en janvier 2014 sous le label NoMadMusic. Il y interprète avec son fils Alexandre au piano, des œuvres méconnues du répertoire français (Chevillard, Fauré & Gedalge). Son dernier enregistrement est sorti en 2015 sous le label BIS. Il y dirige son fils Alexandre et le Tapiola Sinfonietta dans les concertos de Liszt.
Voir la page de détail
Orchestre
Fondé en 1936, le Belgian National Orchestra, anciennement connu sous le nom d’Orchestre National de Belgique, est le partenaire privilégié de BOZAR. De 2012 à 2017, l’orchestre était placé sous la direction musicale d’Andrey Boreyko. Depuis septembre 2017, le chef d’orchestre américain Hugh Wolff est aux commandes de l’orchestre. Le Belgian National Orchestra se produit aux côtés de solistes renommés tels que Vadim Repin, Gidon Kremer, Boris Berezovsky ou Rolando Villazón, mais aussi avec de jeunes talents. Il s’intéresse également à la jeune génération d’auditeurs et ne recule pas devant des projets novateurs comme sa collaboration avec l’artiste pop-rock Ozark Henry ou sa participation au festival Tomorrowland. Cette saison, l’orchestre se produit aux côtés de solistes aussi prestigieux que Sergey Khachatryan, Nelson Freire, Elisabeth Kulman, Alexander Gavrylyuk et Lorenzo Gatto et de chefs d’orchestre invités parmi lesquels Kazushi Ono et Hartmut Haenchen. Sa discographie, parue essentiellement sur le label Fuga Libera, jouit d’une reconnaissance internationale et comprend, entre autres, six enregistrements réalisés sous la direction de son ancien chef Walter Weller.
Voir la page de détail
Chef d'orchestre
Né à Paris de parents américains, Hugh Wolff grandit à Londres et Washington DC. Il étudie le piano avec Léon Fleischer et la composition musicale avec George Crumb. Diplômé du Collège de Harvard en 1975, Hugh Wolff remporte alors une bourse pour étudier la direction d’orchestre avec Charles Bruck et la composition auprès d’Olivier Messiaen. En tant que directeur musical, sa vision du fonctionnement d’un orchestre symphonique est clairement définie et la formation et l’éducation sont des questions chères à ses yeux. En effet, il s’efforce de rendre plus attrayante la musique symphonique aux jeunes. En outre, Hugh Wolff attache une importance toute particulière au fait d’appréhender chaque concert et chaque saison musicale sous un angle thématique. Innovante, sa programmation est également reconnue pour ses partis pris de proposer des oeuvres parfois antagonistes. Invité du Belgian National Orchestra en 2010, Hugh Wolff dirige la Troisième Symphonie de Mahler et, en 2012, la Première Symphonie. En septembre 2017, il succède à Andrey Boreyko à la direction musicale du Belgian National Orchestra.
Voir la page de détail
Français - Nederlands - English
Chercher dans le site
Newsletters
Connexion
Audio & vidéo Violon 2019
Reécoutez ou regardez les prestations des candidats et demi-finalistes
Les CD du Concours
La Médiathèque
Archives audio, vidéo et photo de 1951 à 2019